Bogdan Korczowski

"Post-Communication"

Galerie L'Aire du Verseau, Paris

Janvier/Février 1987

Korczowski Golden letter, 1986

Korczowski Letter, 1985

Texte par Enzo Biffi Gentili, Turin 1987

Le spectacle et l'absurde, le théâtre et la schizophrénie, Babel et l'aphasie composent les travaux de
Bogdan Korczowski Les associations libres, les contaminations d'idées, les glissements de
la perception n'ont pas d'autre logique que celle d'une harmonie chromatique magique et inquiétante,
d'une pyrotechnie pour dire le mot. Tout cela n'est que technique de peinture, d'art et sans doute de survie.

C'est pourquoi Korczowski déplore tant les lectures symboliques de son travail : l'apparente reconnaissance,
les références créées sur son vocabulaire qui aboutissent à un langage introduisible de plus.
Son travail est virtuosité, équilibre, pourtant il débouche sur l'incompréhensibilité.
Avec beaucoup de classe, certes, mais tout cela fait partie du style et non du sens.

Seul un grand, trop oublié, comme Angelo Maria Ripellino aurait pu parler de façon perspicace et complète
de ce jeune travail, déjà magistral et déjà incompris, de ce coloris changeant, maquillage visuel.
Parce que tout comme le jongleur Kao-O-Wang dans les vers de Ripellino, Bogdan Korczowski fusionne
avec un jeu toujours vacillant sur les échelles tortueuses du doute, ll fusionne croyant tromper l'espace
et l'lnvisible machine du Grand Automne qul dépouille toutes les Images...
Enzo Biffi Gentili, Turin 1987.